Manganese et cuivre, deux super oligoelements

Manganèse Cuivre : deux super oligoéléments

Le manganèse et le cuivre sont des oligoéléments dont les propriétés se complètent pour corriger un terrain allergique doublé d’une forte tendance à la fatigue. L’association Manganèse Cuivre correspond à l’une des diathèses décrites par le Dr Jacques Ménétrier dans les années 30. Aujourd’hui, elle est largement employée en oligothérapie moderne pour prévenir les allergies.

 

 

Manganèse Cuivre : des oligoéléments présents dans l’organisme à l’état de trace et pourtant dotés de fonctions vitales

L’utilisation empirique du cuivre remonte à l’Antiquité où il était employé pour fabriquer des bracelets permettant de lutter contre les douleurs articulaires. Les propriétés vitales du manganèse ont été mises en évidence plus tard par Gabriel Bertrand, un chimiste français. D’ailleurs, c’est avec ce chercheur de l’Institut Pasteur que débute réellement l’histoire de l’oligothérapie, vers la fin du XIXème siècle. En étudiant le manganèse, il émet l’hypothèse que les métaux présents dans les tissus vivants, même en quantités infimes, à l’état de trace, participent d’une façon capitale au cycle chimique de la vie, en tant que catalyseurs et composants de nombreuses enzymes. En 1894, ils sont baptisés oligo-éléments, « oligo » signifiant en grec « peu ». Mais il faut encore attendre les années 1950 pour que naisse véritablement l’oligothérapie, comme médecine naturelle consistant à prévenir ou soigner par l’administration d’oligoéléments (c’est l’oligothérapie nutritionnelle).

Entre deux, dans les années 30, le Dr Jacques Ménétrier, qui utilise les oligoéléments comme biocatalyseurs dans les maladies fonctionnelles, bouleverse les principes de la médecine traditionnelle avec sa théorie des diathèses. Celle-ci consiste à s’attaquer aux causes de dysfonctionnement et non plus seulement aux symptômes. On corrige un terrain ! Explications !

 

Corriger un terrain pour prévenir une maladie

Selon la théorie des diathèses, chaque individu possède un terrain spécifique qui le prédispose à certaines maladies. Schématiquement, ce n’est pas le microbe le responsable de la maladie, mais le terrain de la personne qui constitue un environnement favorable au développement d’une pathologie. Il suffit donc d’agir sur cet environnement pour modifier un terrain et prévenir une maladie.

Ont été décrites 4 diathèses. Ce sont des manières d’être, physiques et psychiques, qui déterminent un état de santé ou une sensibilité. À chaque diathèse correspond un oligoélément régulateur de base, ou une association, et des oligoéléments complémentaires. Il suffirait alors de rapprocher les symptômes de la personne à une diathèse dominante pour trouver le traitement adéquat.

 

L’association Manganèse Cuivre est issue des diathèses

Les deux oligoéléments régulateurs de base, le manganèse et le cuivre, figurent dans la diathèse dite « hyposthénique ». Elle correspond à une personne jeune, sujette aux infections ORL récidivantes (bronchites, pharyngites, angines, otites), aux affections cutanées (démangeaisons, rougeurs, acné, eczéma) et aux troubles digestifs (diarrhées, constipation, ulcère, rectocolite). Il s’agit ici d’une personne de nature fragile, qui a tendance à fatiguer au fil de la journée et qui s’épuise vite à l’effort.

Le manganèse et le cuivre sont les oligoéléments régulateurs de base pour corriger ce type de terrain, correspondant à une tendance allergique associée à une fatigue généralisée.

 

Relance immunitaire pour le manganèse, action anti-inflammatoire pour le cuivre

Ces deux oligoéléments sont utilisés en association en raison de leurs fonctions complémentaires.

Le manganèse relance le système immunitaire et inhibe la sécrétion de l’histamine (messager chimique à la base de la réaction allergique). Le cuivre quant à lui module la réaction inflammatoire au niveau ORL.

Cette association d’oligoéléments est particulièrement conseillée en cure de 3 mois en prévention des rhinites allergiques ou contre les symptômes de la rhinite lorsque celle-ci est déjà installée : démangeaisons nasales, écoulement ou sensation de nez bouché, éternuements à répétition…

 

Sources :

Ménétrier J., Les Diathèses. Symptômes, diagnostic et thérapeutique catalytique, Le François, 1972. Ménétrier J., La médecine des fonctions, Similia, 1989. Hellman NE. et al., Ceruloplasmin metabolism and function, Annu Rev Nutr, 2002, 22:439-58, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12055353