Infections urinaires : quels traitement contre les cystites ?

Cystites et autres infections urinaires : traiter et prévenir les récidives

Les cystites chez les jeunes femmes, puis au moment de la ménopause, ou encore les troubles urinaires liés à la prostate chez les hommes, le confort urinaire est une problématique préoccupante tout au long de la vie. Trois priorités : reconnaitre les symptômes, bénéficier d’un traitement et empêcher les récidives…

Parmi les infections urinaires, les cystites sont les plus fréquentes. Elles sont localisées au niveau de la vessie et ont une origine bactérienne dans 90% des cas, impliquant Escherichia coli, une bactérie fécale qui migre depuis le tube digestif jusque dans la vessie.

Traitement des cystites et prévention des récidives

Elles sont particulièrement fréquentes et touchent majoritairement des femmes pour des raisons anatomiques. En effet, l’orifice externe de l’urètre (canal qui évacue l’urine depuis la vessie) est très proche de l’anus. Les bactéries fécales comme Escherichia coli pénètrent plus facilement dans les voies urinaires, favorisant les infections. L’homme, moins souvent touché en raison de son urètre plus long, n’est pas pour autant totalement épargné, avec un risque qui augmente nettement avec l’âge, en relation avec les troubles de la prostate. Il suffit d’un adénome ou d’un cancer de la prostate qui gêne la vidange de la vessie pour augmenter le risque d’infection. 

Pour en revenir aux femmes, on estime que 40 à 50% feront au moins une cystite au cours de leur vie. Nombre d’entre elles souffriront de pénibles récidives, souvent multiples…  

Deux périodes sont particulièrement à risque : le début de l’activité sexuelle et après la ménopause.

Symptômes typiques des cystites et des infections urinaires 

  • Des brulures mictionnelles.
  • Des envies pressantes. 
  • Des envies très fréquentes d’uriner. 
  • Une pesanteur dans le bas ventre.
  • Des urines troubles, contenant parfois du sang. 
  • Pas de fièvre, pas de douleur lombaire. 

Le diagnostic repose sur un examen cytobactériologique des urines ou ECBU. 

Quel traitement contre la cystite ?

Cette infection urinaire est le plus souvent bénigne, mais elle se soigne avec un traitement antibiotique (souvent en dose unique) (1). Ensuite, la problématique est de prévenir les récidives, car elles sont extrêmement fréquentes : on estime qu’une femme sur deux faisant une cystite développera des infections récidivantes, c’est-à-dire au moins 4 crises par an. Or les infections à répétition nécessitent de multiplier les traitements antibiotiques, ce qui à la longue augmente le risque de développer des résistances. C’est ainsi que les cystites représentent le second motif de prescription d’antibiotiques et l’une des premières causes de résistance à ces médicaments. D’où les recherches en cours pour trouver des alternatives efficaces, comme le cranberry, la propolis, la bruyère, etc., ou encore certains oligoéléments comme le zinc, le cuivre ou le sélénium. Certaines de ces plantes et minéraux ont des propriétés antibactériennes, stimulent les défenses immunitaires ou empêchent l’adhésion des bactéries dans la vessie favorisant ainsi leur élimination. Les probiotiques aussi jouent un rôle dans la prévention des infections urinaires, en restaurant l’équilibre de notre flore intestinale que l’on sait aujourd’hui fortement impliquée dans notre immunité (2).

Les bons gestes pour prévenir les infections urinaires (3)

  • Boire beaucoup d’eau, plus de 1,5 litre par jour à répartir tout au long de la journée (pour diluer les urines et multiplier les vidanges de la vessie).
  • Ne pas se retenir, mais uriner dès que l’envie se fait sentir. 
  • Prendre le temps de bien vider la totalité de sa vessie.
  • S’essuyer de l’avant vers l’arrière (pour éviter la contamination par les bactéries fécales).
  • Uriner immédiatement après un rapport sexuel. 
  • Éviter l’utilisation de spermicides.
  • Ne pas utiliser de produits d’hygiène intime parfumés et antiseptiques (ils déséquilibrent la flore bactérienne vaginale).
  • Porter des sous-vêtements en coton et éviter tout ce qui serre trop (chaleur et humidité favorisent la prolifération bactérienne). 

Sources 

(1) Haute autorité de santé (HAS), Infections urinaires de la femme – réduire les résistances bactériennes, novembre 2016, https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2725644/fr/infections-urinaires-de-la-femme-reduire-les-resistances-bacteriennes.

(2) Hanson L et al., Probiotics for Treatment and Prevention of Urogenital Infections in Women: A Systematic Review, J Midwifery Womens Health, 2016, 61(3):339-55, DOI:10.1111/jmwh.12472.

(3) Ameli-santé, Cystite, https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/cystite.