Les oligo-éléments

Qu'est ce qu'un oligo-élément?

Un oligo-élément est un élément de nature minérale, à un taux inférieur à un milligramme par kilogramme de poids corporel. De nos jours, cette notion a été quelque peu adaptée et l’on accorde le qualificatif d’oligo-élément à un élément présent en faible quantité dans l’organisme. On dit aussi que les oligo-éléments sont présents à l’état de traces. C’est pourquoi on utilise (surtout chez les anglo-saxons) le terme "d’éléments traces" pour dénommer les oligo-éléments. Ils diffèrent d’autres éléments minéraux présents en quantité plus importante (de l’ordre de quelques dizaines à quelques centaines de grammes) dans l’organisme, que l’on appelle éléments minéraux majeurs ou macro-éléments.

 

En quantités très faibles, les oligo-éléments interviennent dans beaucoup de mécanismes biologiques. Leurs rôles sont très nombreux et varient selon l’oligo-élément considéré. Ils sont notamment impliqués dans :

• La structure des cellules et des tissus

• Les réactions métaboliques, au travers des différents systèmes enzymatiques qui régulent ces réactions

• La synthèse et l’action de différentes hormones

• La réaction inflammatoire et les défenses immunitaires, destinées à nous protéger des agressions, notamment extérieures (agents infectieux, agents responsables d’allergies)

• La lutte contre les phénomènes du stress oxydatif qui altèrent cellules et tissus.

Certains oligo-éléments ont une fonction unique, d’autres ont de multiples fonctions. On sait qu’un déficit ou une carence peut dérégler des mécanismes essentiels au bon fonctionnement du corps humain.

 

Or l’alimentation « moderne » appauvrit nos apports en oligo-éléments à cause :

-          Des techniques de culture intensive et de raffinage des aliments,

-          Des modes de conservation ou de cuisson des aliments (notamment la cuisson à l’eau, fréquente lors d’un régime),

-          De l’appauvrissement des sols et de la perte du pouvoir nutritif des aliments cultivés.

Ces déficits d’apport peuvent être encore aggravés lors de circonstances particulières (un régime trop strict ou, au contraire, une alimentation déséquilibrée trop riche en graisses et carencée en fruits et légumes frais, l’abus d’alcool ou de tabac, véritable « brûleur » de nutriments, ou encore le stress, ou tout simplement la pollution, dont on ne maîtrise pas les effets), qui vont se traduire par une surconsommation d’oligo-éléments.

L’augmentation des besoins peut également être liée à certains états physiologiques (grossesse, ménopause, croissance…) ou pathologiques (maladies dégénératives, tumeurs, allergies…).